école de Dressage de Michel et Catherine Henriquet

école de Dressage de Michel et Catherine Henriquet

Juillet et août 2012

Le tempérament et le comportement de Teimoso se confirment comme étant d'une tonicité extrême teintée d'exubérance, il demeure cependant constamment à l'écoute de son cavalier. Ce qu'il a de particulier c'est une excellente stabilité mentale et physique. Contrairement aux jeunes chevaux ibériques dotés d'une grande impulsion endogène, il est capable de se maintenir au pas régulier sans jamais trottiner ; de même au trot, lorsque j'ai établi sa cadence, il la maintient jusqu'à nouvel ordre.


© cheval-savoir

Le galop est impétueux, je multiplie les départs sur des cercles dans son équilibre naturel sans lui opposer la main, je lui demande également au galop des serpentines qui le font passer du galop juste au contre galop. C'est seulement après avoir acquis souplesse au pas et au trot que nous irons au-delà des lignes droites et courbes.


© cheval-savoir

La richesse de son tempérament induit comme toujours avec les chevaux nobles, quelques difficultés. Malgré une communication précautionneuse limitée aux jeux des phalanges sans l'usage des bras, la simple rotation du bassin pour les tourners, voltes et demi-voltes, ma voix qui le calme, il monte immédiatement en tension. Cela se traduit par une exaspération des gestes au galop et un relèvement excessif des genoux. Les étirements d'encolure sur les cercles, les retours fréquents au pas, une grande économie d'aide me permettent déjà une modération évidente au trot. Au galop, des spirales de 20 m à 8 m de diamètre commencent à montrer leur efficacité.


© cheval-savoir

Le second inconvénient dont l'origine remonte à la première introduction du mors dans sa bouche est un claquement de dents qui rythme l'allure même avec un contact totalement léger. La solution de ce problème viendra avec le calme. Elle ne se trouve en aucun cas dans le serrage de la muserolle, mais dans une main attentive et délicate. On ne peut pas davantage lâcher le contact sans le perdre pas plus que l'imposer sans aggraver son irritation. Mon expérience m'impose prudence et réserve. Les jurys de dressage sanctionnent sévèrement tous les désordres buccaux. Nous verrons et aviserons !


© cheval-savoir

La souplesse et l'équilibre de Teimoso, prototype complet des qualités ibériques, m'ont permis depuis un mois d'obtenir au pas et au trot sans effort les premières cessions à la jambe en avançant beaucoup sur les diagonales. Après 15 jours de cet exercice et avoir préparée son incurvation par une volte de 7 m au début du grand côté, j'entame une demi épaule en dedans régulière. Je m'amuse aussi au bout du grand côté à exécuter une demi-volte hanche en dedans de 6 m de diamètre qui le ramène à la dernière lettre du grand côté et la tête vers le mur dans l'incurvation de la contre épaule en dedans. Fidèle à l'enseignement séculaire des vieux maîtres, j'attendrais pour débuter les mouvements latéraux au galop que ceux-ci soient compris et facilement exécutés au trot. Pour éviter les effets de main contre sa bouche tout en l'obligeant à se ralentir, je fais appel à son instinct de conservation en l'incurvant sur des spirales dont le resserrement l'oblige à se modérer. Ma préoccupation actuelle est de le placer dans des postures qui le forcent à se contrôler en réduisant au minimum l'intervention de mes mains et de mes jambes au profit du travail de mes hanches.


© cheval-savoir


© cheval-savoir


© cheval-savoir